Formation prévenir l'épuisement professionnel en EHPAD

Lever, toilette, transmission... Lever, toilette, transmission.... Lever toilette, transmission… Marie aide soignante a perdu le sens de son travail. Elle avait choisi l’EHPAD par conviction, par goût pour l’aide aux personnes âgées… Elle a maintenant le sentiment que les résidents sont ingrats, que ses collègues ne la soutiennent pas et que sa hiérarchie ne fait rien. Ce mal-être s’invite dans sa vie privée, ses proches constatant la fatigue et l’irritabilité de Marie...

Objectifs de la formation

  • Savoir définir les notions d’usure professionnelle et d’épuisement professionnel.
  • Prendre conscience que le travail et l’identité professionnelle ont une place majeure dans la vie personnelle.
  • Comprendre la notion de burn-out et ses manifestations.
  • Identifier les facteurs favorisant l’usure professionnelle.
  • Appréhender les facteurs qui permettent de limiter le risque d’épuisement professionnel.
L’usure professionnelle :
  • L’influence des facteurs de pénibilité.
  • L’influence des risques professionnels.
  • L’influence du contexte psycho-social.
  • Les conséquences de l’usure professionnelle sur la santé.
L’épuisement professionnel ou burn-out :
  • Qu’est-ce que l’épuisement professionnel ou burn-out ?
  • Comment se manifeste l’épuisement professionnel ?
  • Identifier les mécanismes de l'épuisement professionnel.
  • Apprendre à reconnaître les signes de l’épuisement professionnel.
  • Savoir mesurer l'épuisement professionnel chez les soignants : Le MBI test (Malasch Burn-out Inventory).
Le stress :
  • Définir le stress et ses conséquences sur le corps et sur l’esprit.
  • Identifier les différentes formes de stress et leurs conséquences pour les soignants.
Les enjeux bio-psycho-sociaux du travail :
  • Représentation que l’on se fait du métier de soignant.
  • La réalité du métier.
Les risques du travail soignant sur la santé :
  • Les situations de pénibilité.
  • Les troubles musculo-squelettiques.
  • La fatigue physique et morale.
L’impact du travail sur la vie psychique :
  • Le sentiment de réalisation.
  • L’image de soi.
  • L’identité professionnelle.
  • La motivation.
L’impact du travail sur la vie sociale :
  • Le sentiment de reconnaissance sociale.
  • L’intégration à une corporation, à un corps de métier.
  • L’importance des interactions sociales en milieu professionnel.
L’impact du travail sur la vie extra-professionnelle :
  • L’impact sur la vie familiale.
  • L’impact sur la vie sociale.
  • L’impact sur les activités extra-professionnelles.
  Les difficultés de la relation soignant/soigné :
  • La modification de la relation soignant/soigné : du patient au client.
  • L’agressivité, les insultes : identifier les causes potentiellement explicatives, savoir gérer ces situations.
Le manque de reconnaissance :
  • Donner du sens à son action.
  • Redéfinir le rôle du soignant et le rôle de l’usager.
Les principales sources de difficultés avec les familles :
  • La différence entre les attentes des familles et la réalité du terrain.
  • La méfiance des familles : les reproches, l’agressivité…
  • Les plaintes des familles.
  • Comment faire face à ces difficultés ? Quelles attitudes adopter face à ces situations ?
Les principales difficultés en lien avec le travail d'équipe :
  • Les équipes dysfonctionnelles.
  • Les affinités et inimitiés entre soignants.
  • L’absence d’esprit d’équipe.
  • Quand la méfiance remplace la confiance.
Les difficultés en lien avec le contexte organisationnel :
  • Les exigences qualités de la part des instances décisionnelles.
  • L’évolution des moyens.
  • L’organisation des soins.
Prévenir l’usure professionnelle au quotidien :
  • Redonner du sens à l’action soignante.
  • Redéfinir la notion de soins.
  • Repenser le rôle du soignant.
Travailler sur les représentations des soignants par des questionnements :
  • Les insultes d’un usager me visent-elles personnellement ?
  • La colère des familles m’est-elle directement adressée ?
  • Est-ce que ma collègue de travail cherche à me nuire ?
  • Suis-je responsable des dysfonctionnements institutionnels et sociaux ?
Prévenir l'usure professionnelle au niveau de la dynamique d'équipe :
  • Comprendre l’aspect fondamental du travail en équipe.
  • Réfléchir aux attitudes à adopter pour améliorer l’esprit d’équipe.
  • Favoriser le soutien et la collaboration verticale (de la hiérarchie vers les soignants).
  • Favoriser le soutien et la collaboration horizontale (cohésion d’équipe, gestion des conflits, climats de confiance).
Prévenir l’usure professionnelle au niveau organisationnelle :
  • Réfléchir à la manière de limiter la charge de travail (cadence, ergonomie…).
  • Favoriser l’autonomie des soignants.
  • Optimiser l'organisation des soins.
Permettre la compréhension des actes professionnels pour limiter les marges d’incertitudes :
  • Le rôle de la formation initiale, des VAE et de la formation continue.
Informer, orienter et soutenir les salariés touchés par l’usure professionnelle ou l’épuisement professionnel :
  • Repérer les acteurs de soutien internes à l’établissement (collègues, supérieur hiérarchique, psychologue).
  • Repérer les instances de soutien et savoir à qui s'adresser : le CHSCT, la médecine du travail, le médecin personnel.
Rechercher des éléments susceptibles de limiter le stress et par conséquent l'usure professionnelle :
  • Identifier l’importance de l’hygiène de vie (temps de repos, consommation de substance psycho-active…).
  • Repérer des moments de « décompression » dans la vie extra-professionnelle.
  • Apprendre à se détendre.
  • Favoriser les éléments de relaxation / respiration.

Profil des participants

Ce module est destiné en priorité au personnel soignant (AS, IDE, ASG, AES...) mais aussi aux ASH. Il n nécessite pas de pré-requis particulier.

Modalités pédagogiques

Les méthodes pédagogiques retenues sont :
  • L’exposé participatif à l’aide d’un diaporama.
  • L’identification des situations problèmes récurrentes (en s’appuyant sur l’expérience du formateur ET des participants).
  • L’analyse des pratiques professionnelles.
  • Les échanges et débats réflexifs.
  • Les études de cas.