formation alzheimer

Proposer des animations adaptées aux malades d’Alzheimer : animation flash, animation thérapeutique et animation occupationnelle.

Objectifs du module de formation proposer des animations adaptées aux malades d’Alzheimer :

  • Identifier les bénéfices thérapeutiques des animations auprès des malades d’Alzheimer.
  • Pouvoir proposer des animations variées pour répondre aux besoins des résidents.
  • Être en mesure d’insérer les animations dans la démarche de soins.
  • Améliorer le savoir être de l’animateur auprès des malades d’Alzheimer.

Parcours pédagogique de la formation proposer des animations adaptées aux malades d’Alzheimer :

Les objectifs des animations avec les malades d’Alzheimer:

  • Valoriser le malade en s’appuyant sur ses capacités :
    • Solliciter le langage, l’échange, la communication.
    • Faire travailler la mémoire et les fonctions cognitives.
    • Réactiver/solliciter les capacités motrices.
    • Améliorer les capacités de reconnaissance.
    • Limiter le vécu émotionnel négatif (tristesse, angoisse, anxiété).
    • Permettre au malade de se sentir écouter.
    • Limiter l’apparition des troubles du comportement.
  • Sortir de la relation soignant/soigné pour créer un temps de convivialité, de partage, d’amusement :
    • En valorisant la personne au travers de son histoire de vie.
    • En proposant des animations valorisantes et non infantilisantes.

Savoir proposer des animations variées :

  • Les différentes catégories envisageables :
    • Les activités à dominantes cognitives.
    • Les activités à dominantes relationnelles/communicationnelles.
    • Les activités à dominantes motrice/gestuelles.
    • Les activités à dominantes sensorielles/émotionnelle.
    • Les activités créatives.
    • Les actes de la vie quotidiennes comme support (préparation de la salle à manger, pliage du linge, ménage, cuisine, fête).
    • Les activités rituelles (noël, anniversaire, pâques, 14 juillet…).

Les étapes clés d’une animation auprès de résidents malades d’Alzheimer :

  • La préparation du matériel :
    • Comprendre le caractère fondamental de la préparation du matériel.
    • Matériel mis à disposition des participants ou distribué au fur et à mesure ?
      • Avantages.
      • Inconvénient.
  • L’installation et l’accueil des résidents :
    • Dans l’idéal :
      • Les soignants accompagnent les résidents sur le lieu de l’animation.
      • L’animateur s’assure de l’installation du résident et échange avec le groupe en attendant que celui-ci soit complet.
  • L’ouverture de l’animation :
    • Capter l’attention des participants.
    • Remercier les participants pour leur participation.
    • Rappeler que chacun est libre de participer.
    • Rappeler que l’animation est un moment de plaisir avant tout.
  • Durant l’animation :
    • Les erreurs fréquentes :
      • Vouloir que le résident fasse ce qui est prévu.
      • Faire preuve d’autoritarisme.
      • Ne pas s’adapter au rythme et refus des résidents.
    • Les éléments à favoriser :
      • Toujours proposer aux résidents de participer.
      • Etre toujours positif (éviter les terme « ne pas », « il ne faut pas », « vous devez », « ce n’est pas comme cela »…)
      • « Faire avec et pas à la place de ».
    • Savoir faire face aux imprévus :
      • Que faire lorsqu’un résident veut quitter l’animation avant la fin ?
      • Que faire en cas de conflit entre résident ?
      • Que faire lorsqu’un résident « déambulant vient s’installer durant l’animation ? »
  • A la fin de l’animation :
    • Savoir terminer sur une note positive :
    • Rappeler aux personnes que l’on a été heureux de réaliser cette animation avec eux.
    • Demander aux participants d’exprimer leur avis sur l’animation :
      • Savoir questionner.
      • Savoir inciter à parler.
      • Savoir reprendre la parole positivement lorsque le résident a des difficultés à formuler sa réponse.
      • Ne pas oublier la collation de fin d’animation.
  • Après l’animation :
    • Faire le point sur le déroulement de l’animation :
      • S’interroger sur les éléments qui ont été appréciés et sur ceux qui ont posés problèmes.
      • Remplir les fiches individuelles de participation à l’animation.
    • Informer le reste de l’équipe soignante sur le déroulement de l’animation et les points d’attention.

Insérer les temps d’animation dans le contexte institutionnel afin d’en faire un outil thérapeutique :

  • Les erreurs fréquentes qui nuisent à la qualité des animations et aux bénéfices que l’on peut tirer des temps d’animation :
    • L’absence de coordination entre les personnes en charge des animations et le reste de l’équipe.
    • L’absence de réflexion préalable « quels résidents pour quels animations ? »
    • Les difficultés d’organisation à moyens terme.
    • L’absence d’évaluation du comportement du malade durant l’animation.
    • L’absence de retour au sujet du comportement du résident durant l’animation.
  • Rechercher l’adéquation entre le malade et l’animation proposée :
    • Concevoir un plan d’animation variée et réaliste.
    • Se réunir pour identifier les malades à solliciter en priorité et l’activité susceptible d’être bénéfique :
      • Quels résidents pourraient bénéficier/auraient besoin de se relaxer ?
      • Quels résidents pourraient bénéficier/auraient besoin de parler d’échanger, de sortir de son isolement.
      • Quels résidents pourraient bénéficier/auraient besoin de bouger ou d’être inséré dans la vie quotidienne de l’établissement ?
  • Prévoir un plan d’animation à moyen/long terme :
    • Prévoir les temps d’animation sur un trimestre faciliter l’organisation de l’équipe.
    • Savoir communiquer autour de ce plan :
      • Information de l’équipe soignante.
      • Information des familles (incitation à la participation).
  • Concevoir une grille d’observation du résident pour communiquer les informations essentielles au reste de l’équipe :
    • Quelques éléments d’observation :
      • La participation du résident.
      • Le plaisir pris par le résident durant l’animation.
      • Les émotions négatives (tristesse, angoisse, anxiété) vécu par le résident durant l’animation.
      • L’insertion du résident dans le groupe.

 

L’attitude de l’animateur auprès des malades d’Alzheimer :

  • Les éléments contextuels perturbateurs :
    • Le bruit.
    • L’agitation.
    • Les interactions multiples.
    • L’instabilité de l’environnement.
  • L’adaptation de la posture de l’animateur :
    • L’empathie.
    • La neutralité bienveillante.
    • La place des émotions.
    • La sincérité.
  • Les éléments à mettre en œuvre pour communiquer avec un résident malade d’Alzheimer :
    • Les 10 règles essentielles de communication avec le malade d’Alzheimer.
    • Les éléments verbaux à mettre en œuvre.
    • Les éléments non verbaux à mettre en œuvre.
    • Les éléments contextuels à prendre en compte.

 

Eléments pratiques et exemples d’animations à mettre en œuvre avec les malades d’Alzheimer :

  • Eléments pratiques relatifs à la mise en œuvre d’animation :
    • Combien de temps peut durer une animation ?
    • Combien de malades peuvent participer simultanément à une animation ?
    • Combien de personnes (soignants et animateurs) doivent être présents ?
    • Quel est l’horaire le mieux adapté ?
  • Exemple d’animation numéro 1 : L’animation photo-langage.
    • Description du principe du photo-langage.
    • Description du matériel nécessaire.
    • Mise en situation des participants.
  • Exemple d’animation numéro 2 : L’animation « Actualité » :
    • Description du principe de l’animation actualité.
    • Mise en situation des participants.
  • Exemple d’animation numéro 3 : L’animation « gestion de la vie quotidienne » :
    • Le principe :
      • Savoir inciter les participants à aider l’animateur sur un point précis (mettre la table, plié du linge, ranger quelque chose).
    • Mise en situation des participants.
  • Exemple numéro 4 : les animations flash.
    • Le principe des animations flash :
      • Des animations simples.
      • Rapide à mettre en œuvre.
      • Pour faire diminuer les troubles du comportement (agitation, agressivité…).
    • Exemples d’animation flash :
      • Animation bien-être.
      • Animation promenade.
      • Animation musique.
      • Animation respiration.
      • Animation défouloir

Fin de la formation :

  • Bilan oral de fin de formation en présence du formateur, du responsable de l’établissement et des participants.
  • Remplissage des fiches qualités « A chaud ».
  • Remise des attestations de participation.

Public concerné par la formation proposer des animations aux malades d’Alzheimer :

Ce module de formation concerne le personnel soignant des EHPAD impliqué dans l’animation auprès des malades d’Alzheimer. L’insertion de membres du personnel soignant est un plus.